fbpx

Ressources

Bibliographies sélectives

Allely A., dir., (2004), Corps au supplice et violence de guerre dans l’Antiquité, Bordeaux.

Alvar Ezquerra J. (2000), « El sexo y la edad en la derrota : los romanos en Hispania », dans M.M. Myro, J. M. Casillas, J. Alvar et D. Plácido (éd.), Las edades de la dependencia durante la Antigüedad, Madrid, p. 363-384.

Ando V. et N. Cusumano (éd.) (2010), Come bestie ? Forme e paradossi della violenza tra mondo antico e disagio contemporaneo, Rome.

Antela-Bernádez B. (2008), « Vencidas, Violadas, Vendidas : Mujeres Griegas y Violencia Sexual en Asedios Romanos », Klio: Beitrage zur alten geschichte, 90/2, p. 307-322

Arrington N.T. (2010), Between Victory and defeat: Framing the Fallen Warrior in Fifth-Century Athenian Art, Berkeley.

Assenmaker P. (2013), « Poids symbolique de la destruction et enjeux idéologiques de ses récits. Réflexions sur les sacs d’Athènes et d’Ilion durant la première guerre mithridatique », dans J. Driessen (éd.), Destruction. Archaeological, Philological and Historical Perspectives, Louvain, p. 391-414.

Barrandon N. (2018), Les massacres de la République romaine, Fayard, Paris.

Barrandon N. (2018), « Les massacres de la République romaine : De l’exemplum à l’objet d’histoire (XVIe – XXIe siècles) », Anabases, 28, p. 13-45.

Barrandon N. et I. Pimouguet-Pédarros (dir.) (2021), La transgression en temps de guerre de l’Antiquité à nos jours, PUR, Rennes.

Bederman D.J. (2001), International Law in Antiquity, Cambridge.

Bellemore J. (2012), « The Roman Concept of Massacre: Julius Caesar in Gaul », dans P.G. Dwyer et L. Ryan (éd.), Theatres of Violence. Massacre Mass Killing and Atrocity throughout History, New York-Oxford, p.38-49.

Beltrametti A. (2004), « Pensare, raccontare e rappresentare la violenza », Quaderni di storia, 60, p. 5-45.

Bernand A. (1999), Guerre et violence en Grèce antique, Paris.

Bernard N. (2000), A l’épreuve de la guerre, Paris.

Bernard A. (1999), Guerre et violence dans la Grèce antique, Paris.

Berent M. (2000), « Anthropology and the Classics: War, Violence and the Stateless Polis », The Classical Quartely, 50/1, 257-289.

Bertrand J.-M. (dir.) (2005), La violence dans les mondes grec et romain, Paris.

Bielman A. (1994), Retour à la liberté. Libération et sauvetage des prisonniers en Grèce ancienne. Recueil d’inscriptions honorant des sauveteurs et analyse critique, Paris, Ecole Française d’Athènes.

Bodiou L, V. Mehl et M. Soria (éd.) (2011), Corps outragés, corps ravagés de l’Antiquité au Moyen Age, Brepols.

Bodiou L. et V. Mehl (éd.) (2017), L’Antiquité écarlate : le sang des Anciens, PUR, Rennes.

Bodiou L. et V. Mehl, dir. (2019), Dictionnaire du corps dans l’Antiquité, Rennes, PUR.

Boeldieu-Trevet J. (2015), « Le sauvage en soi : violences extrêmes en temps de guerre dans le monde grec Ve et IVe siècles », Cahiers des Etudes Anciennes, LII, p. 149-172.

Boeldieu-Trevet J. (2013), « L’intolérable en temps de guerre chez les orateurs athéniens du IVe siècle », Ktema, 38, p. 187-203.

Bonnechère P. (1994), Le sacrifice humain en Grèce ancienne, Athènes-Liège, Kernos, supplément 3.

Bravo Castañeda G. et R. González Salinero (éd.) (2013), Formas de morir y formas de matar en la Antigüedad romana, Madrid.

Cairns D.I. (1993), The Psychology and Ethics of honor and Shame in Ancient Greek Literature, Oxford.

Chauvau F., L. Bodiou et alii. (2016), Le corps en lambeaux : violences sexuelles et sexuées faites aux femmes, Rennes, PUR.

Cohen D. (1995), Law, Violence and Community in Classical Athens, Cambridge, 61-86.

Couvenhes J.-Cl., et H.L. Fernoux, (dir.) (2004), Les cités grecques et la guerre en Asie Mineure à l’époque hellénistique, PUR, Rennes.

Cusumano (2011), « Gérer la haine, fabriquer l’ennemi. Grecs et Carthaginois en Sicile entre les Ve et le IVe siècle av. J.-C. », dans S. Collin Bouffier (ed.), Diodore d’Agyrion et l’histoire de la Sicile (Dialogues d’histoire ancienneSuppl. 6), Besançon, p. 113-135

Dawson D. (1996), The Origins of Western Warfare, Militarism and Morality in the Ancient World, Boulder.

Deacy S. et Pierce K., éd. (1997), Rape in Antiquity. Sexual Violence in the Greek and Roman Worlds, Swan Sea/London.

Ducrey P. (1968 rééd. 1999), Le traitement des prisonniers de guerre dans la Grèce antique, des origines à la conquête romaine, Paris.

Ducrey P. (1987), « Victoire et défaite. Réflexion sur la représentation des vaincus dans l’art grec », dans Cl. Bérard (éd.), Images et sociétés en Grèce ancienne : l’iconographie comme méthode d’analyse, Lausanne, p. 201-211.

Ducrey P. (1999), « Les prisonniers de guerre en Grèce antique », Pallas, 51, p. 9-23.

Eck, B. (2012), La mort rouge. Homicide, guerre et souillure en Grèce ancienne, Paris.

Eck B. (2005), « Typologie des massacres en Grèce classique », dans D. El Kenz (dir.), Le massacre, objet d’histoire, Paris, p. 72-120.

Ellinger P. (1993), La légende nationale phocidienne. Artémis, les situations extrêmes et les récits de guerre d’anéantissement, suppl. BCH, Paris.

Ellinger P. (1999), « Guerres d’anéantissement, récits de guerres d’anéantissement », Pallas 51, p. 25-38.

Fernán des Glötz et N. Roymans (éd.) (2018), Conflict Archaeology. Materialities of Collective Violence from Prehistory to Late Antiquity, Londres.

Foulon E. (1995), « Misthophoroi et xenoi hellénistiques », REG, 108, p. 211-218.

Gaca Kathy L. (2011), « Girls, Women, and the Significance of Sexual Violence in Ancient Warfare », Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia, Univ. of Pennsylvania Press, p. 73-87

Gaca Kathy L. (2014), « Martial Rape, Pulsating Fear and the Sexual Maltreatment of Girls, Virgines and women in Antiquity », American Journal of Philology, 135 n°3, p. 303-357.

Gera D. (1997), Warriors Women. The Anonymous tractatus de Mulieribus, Leyde, Brill, p. 13-14.

Gilli P. et J.-P. Guilhembet (éd.) (2012), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens (Antiquité, Moyen Age, Epoque moderne), Turnhout.

Goldsworthy A. K. (1998), The Roman Army at War (100 b.C. – a.D. 200), Oxford.

Goodman M. D. et A. J. Holladay (1996), « Religious Scruples in Ancient Warfare », Classical Quarterly, 36, 1, p. 151-171.

Halm-Tisserand M. (1998), Réalités et imaginaire des supplices en Grèce ancienne, Paris.

Hanson (V.D.) (2001 trad. Fr. 2002), Carnage et culture. Les grandes batailles qui ont fait l’Occident, Paris.

Harris W. V. (1979), War and Imperialism in Republican Rome: 327-70 B.C., Oxford.

Harris W. V. (2001), Restraining Rage: The Ideology of Anger Control in Classical Antiquity, Cambridge.

Hinard F. (1985), Les proscriptions dans la Rome républicaine, CEFR, 83, Rome.

Hinard F. (2011), Rome. La dernière République. Recueil d’articles, Ausonius.

Hoffmann G. et A. Gaillot (dir.) (2009), Rituels et transgressions de l’Antiquité à nos jours, Amiens.

Howard M., G. J. Andreopoulos et M.R. Shulman (éd.) (1994), The Laws of War: Constraints on Warfare in the Western World, New Haven.

Hughes D. (1991), Human Sacrifice in Ancient Greece, Londres-NY.

Hulot S. (2018), « César génocidaire ? Le massacre des Usipètes et des Tenctères (55 av. J.-C.) », Revue des études anciennes, 120-1, p. 73-100.

Hulot S. 2019, « La violence guerrière des Romains (218 av. J.-C. – 73 ap. J.-C.) : discours et méthode », Annales de Janua [En ligne], Les Annales, n°7, Antiquité, mis à jour le : 28/01/2020, URL : https://annalesdejanua.edel.univ-poitiers.fr:443/annalesdejanua/index.php?id=2330

Hunt P. (1998), Slaves, Warfare and Ideology in the Greek Historians, Cambridge.

Ilari V. (1980), Guerra e diritto nel mondo antico. Parte prima. Guerra e diritto nel mondo greco-hellenistico fino al II secolo, Milan.

Jakubiec A. (2018), « Justifier les transgressions religieuses en temps de guerre en Grèce à l’époque classique », dans L. Douzou, S. Edouard et S. Gal (dir.) Guerre et transgressions, expériences transgressives en temps de guerre de l’Antiquité au génocide rwandais, Grenoble, p. 19-28.

Jal P. (1963), La guerre civile à Rome, étude littéraire et morale, Paris.

Kay C ohen (D.)(2011), Causes of Sexual Violence During Civil War: Cross-National Evidence (1980-2009). Prepared for the Minnesota International Relations Colloquium.

Lanni A. (2008), « The Laws of War in Ancient Greece », Law and history Review, 26 n° 3, p. 469-489.

Lateiner D. (1985), « Limits, Propriety and Transgression in the Histories of Herodotus », dans The Greek Historians : Literature and History. Papers presented to A.E. Raubitschek, Saratoga-Stanford, Anma Libri, p. 87-100.

Lintott A.W. (1968), Violence in Republican Rome, Oxford.

Lonis R. (1970), Les usages de la guerre entre Grecs et barbares, des guerres médiques au milieu du IVe siècle, Paris.

Loraux N. (1975), « Hèbè et andréia : deux versions de la mort du combattant athénien”, AncSoc 6, p. 1-31.

Loraux N. (1977), « La “belle mort” spartiate », Ktéma, 2, p. 105-120.

Loraux N. (1978), « Mourir devant Troie, tomber pour Athènes. De la gloire du héros à l’idée de la cité », Informations sur les sciences sociales, 17, p. 801-817.

Loraux N. (1984), « Le corps étranglé. Quelques faits et beaucoup de représentations », dans Du châtiment dans la cité. Supplices corporels et peines de mort dans le monde antique, Rome, 1984 (collection de l’EFR 79), p. 195-218.

Loraux N. (1986), « Le corps vulnérable d’Arès », dans Ch. Malamoud et J.-P. Vernant (éd.), Corps des dieux, p. 335-354.

Majno R.W. (1975), The Healing Hand: Man and wound in the Ancient World, Cambridge, Mass.

Moret P. (2013), « Colère romaine, fureur barbare : sièges et suicides collectifs dans la troisième décade de Tite-Live », REA, 115-2, p. 477-496.

Ñaco del Hoyo, T, R. Riera, D. Gómez Castro (éd.) (2015), Ancient disasters and crisis management in classical antiquity, Gdańsk

Nauroy G. (éd.) (2004), L’écriture du massacre en littérature entre histoire et mythe, des mondes antiques à l’aube du XXIe siècle, Bern.

Ndiaye S. (1995), « Le traitement des populations dans les villes prises d’assaut par Rome durant les guerres puniques », Revue Sénégalaise d’Histoire, Nouvelle série, 1, p. 47-56.

Ober J. (1999), « The rules of war in classical Greece », The Athenian Revolution. Essays on ancient Greek Democracy and political Theory, Princeton, p. 53-71.

Parker R. (1983), Miasma, Pollution and Purification in Early Greek Religion, Oxford.

Patterson O. (1982), Slavery and Social Death. A comparative Study, Harvard Univ. Press.

Paul G. M. (1982), « Urbs capta: Sketch of an Ancient Literary Motif », Phoenix, 36, p. 144-155

Payen P. (2012), Les revers de la guerre en Grèce ancienne. Histoire et historiographie, Paris.

Payen P. (2012), « Sur la violence de guerre en Grèce ancienne. Anthropologie, histoire et structure », dans P. Payen et E. Scheid-Tissinier (éd.), Anthropologie de l’Antiquité, anciens objets, nouvelles approches, Brepols, p. 201-238.

Payen P. (2013), « Meurtre et homicide, guerre et souillure : infliger la mort en Grèce ancienne », REA, 115, 1, p. 165-174.

Pimouguet-Pédarros I. (2011), La cité à l’épreuve des rois. Le siège de Rhodes par Démétrios Poliorcète, Paris.

Pina Polo F. (2004), « Deportaciones como castigo e instrument de colonización durante la Républica romana. El caso de Hispania », dans F. Marco Simón, F. Pina Polo et J. Remesal (éd.), Vivir en tierra extraña : emigración e integración cultural en el mundo antiguo, p. 211-246.

Powell A. (1998), « Julius Caesar and the Presentation of Massacre », dans K. Welch et A. Powell (éd.), Julius Caesar as Artful Reporter, The War Commentaries as Political Instruments, Londres, p. 111-137.

Pratt (1984), War, group suicide and the Death drive in Classical Antiquity, California State univ. Press.

Quesada-Sanz F. (2015), « Genocide and Mass Murder in Second Iron Age Europe. Methodological issues and case studies in the Iberian Peninsula », dans C. Carmichael et R.-C. Maguire (éd.), The Routledge History of Genocide, Londres-New-York, p. 9-22.

Raaflaub K. et Rosenstein N. (éd.) (1999), Soldiers, War and Society in the Ancient and Medieval Worlds, Cambridge.

Reiss G. et G. Garett (2016), The topography of violence in the Greco-Roman World, Univ. Michigan.

Ribichini S. (2010), « Trofei punici », in V. Andò & N. Cusumano (éd.), Come bestie ?, Rome, p. 121-140.

Rich J. et G. Shipley (éd.), (1993), War and Society in the Greek World, Londres.

Rigsby K.J. (1996), Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley-Los Angeles.

Rollinger R. (2004), « Herodotus, Human Violence and the Ancient Near East », dans V. Kargeorghis, I. Taifacos (dir.), The World of Herodotus, Nicosie, Leventis, p. 121-143.

Sabin P., H. Van Wees et M. Whitby (éd.), Cambridge History of Greek and Roman Warfare, vol. I, Cambridge.

Schaps D. (1982), « The women of Greece in Wartime », Classical Philology, 73, 3, p. 193-213.

Segal Ch. (1971), The theme of the mutilation of corpse in the Iliad, Leiden

Traina G. (2011), Carrhes, 9 juin 53 av. J.-C. Anatomie d’une bataille, Paris, Les Belles Lettres.

Trittle L.A (2000), From Melos to My Lai. War and Survival, Londres, NY.

Urso (éd.) (2006), Terror et pavor. Violenza, intimidazione, clandestinità nel mondo antico, Rome.

Van Hoof A. (1990), From autothanasia to suicide : self-killing in classical antiquity, Oxford.

Van Wees H. (éd.) (1992), Status Warior. War, Violence, and Society in Homer and History, Amsterdam.

Van Wees H., éd. (2000), War and violence in Ancient Greece, Londres.

Van Wees H., éd. (2004), Greek Warfare: Myths and Realities, Londres.

Van Wees H., éd. (2010), « Genocide in the Ancient World », dans Bloxham D. et A. Dirk Moses (éd.), The Oxford Handbook of Genocide Studies, Oxford, p. 239-259

Vencl S. (1984), « War and Warfare in Archaeology », Journal of Anthropological Archaeology, 3, p. 116-132.

Vernant J.-P. (éd.) (1968 rééd. 1985), Problème de la guerre en Grèce ancienne, Paris.

Vernant J.-P. (1982), « La belle mort et le cadavre outragé », dans G. Gnoli et J.-P.

Vernant (éd.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris, p. 45-76.

Vernant J.-P. et P. Vidal-Naquet (éd.) (1986), Mythes et tragédie, Paris.

Vial A. (2010), « Lendemains de guerre dans l’Enéide », dans F. Pernot et V. Toureille (éd.), Lendemains de guerre de l’Antiquité au monde contemporain, Bruxelles, p. 23-42.

Vidal J. et B. Antela (éd.) (2013), Más allá de la batalla. La violencia contra la población en el Mundo Antiguo, Madrid.

Voisin J.L. (1984), « Les Romains, chasseurs de têtes », dans Du Châtiment dans la Cité, supplices corporels et peine de mort dans le monde antique, CEFR 79, Rome, p. 240-293.

Wilgaux J. et Fr. Prost (éd.) (2006), Penser et représenter le corps dans l’Antiquité, Rennes, PUR.

Wylie G. (1993), « Demetrius taker of cities », CCC, 14, p. 7-29.

Ziolkowski A. (1993), « Urbs direpta, or How the Romans Sacked Cities », dans J. Rich et G. Shipley (éd.), War and Society in the Roman World, Londres, p. 69-91.

Abraham N. et M. Torok (1997), L’écorce et le noyau, Paris.

Anonyme (2006), Une femme à Berlin, Anonyme, Journal 20 avril-22juin 1945, Paris

Audoin-Rouzeau S. (2002), « Violences extrêmes de combat et refus de voir », Revue Internationale des sciences sociales, 4, n°174, p. 543-549.

Audoin-Rouzeau S. (2006), « Massacres. Le corps et la guerre », dans A. Corbin, J.-J. Courtine, et G. Vigarello (dir.), Histoire du corps, t. 3, Paris, p. 322-323

Audoin-Rouzeau S. (2013), L’enfant de l’ennemi. Viol, avortement, infanticide pendant la Grande guerre, Paris, Champs histoire, Flammarion (1ere éd. Aubier Paris 1995)

Audoin-Rouzeau S., A. Becker, C. Ingrao et H. Rousso (éd.) (2002), La violence de guerre 1914-1945, Bruxelles.

Baron C. (2013), Transgression, Littérature et droit, Rennes-Poitiers, Pur-La Licorne.

Bayard P. et S. Phay (éd.) (2016), Figurations of post-mémory, Journal of litterature and trauma Studies.

Becker A. (2018), Messagers du désastre ; Raphael Lemkin, Jan Karski et les génocides, Paris, Fayard.

Becker H. (1985), Etude de sociologie de la déviance, Paris.

Biolley J. et G. Perez (1996), Un génocide en toute liberté, Paris, Méandres.

Blondet-Bisch Th., Fr. Robert, L. Gervereau et A. Gunthert (dir.) (2001), Voir – ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris.

Boeschoten (Van) R. (2003), « The trauma of war rape: a comparative view on the Bosnian conflict and the Greek civil War », history and Anthropology, n°1, vol. 14, p. 45-54

Bois J.-P. (dir.) (2004), Dialogue militaire entre Anciens et Modernes, Enquêtes et documents, CRHIA, n° 30, PUR.

Bouhsira J., S. Dreyfus-Asséo, M.-Cl. Durieux, Cl. Janin (éd.) (2009), Transgression, Paris, Puf.

Branche R. et Virgili F., éd. (1997), Viols en temps de guerre, Paris, 2011, Payot. Dauphin Cécile et Farge Arlette, dir., De la violence et des femmes, Paris.

Browning R. C. (1994, Des hommes ordinaires. Le 101ième bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Belles Lettres.

Caillois R. (1950 rééd. 2017), L’homme et le sacré, Paris, Folio essais Gallimard.

Chalk F. et K. Jonassohn (1990), The History and Sociology of Genocide, Analyses and Case Studies, New Haven-Londres.

Clastres P. (1997), Archéologie de la violence. La guerre dans les sociétés primitives, Marseille.

Cochet Fr. (éd.) (2005), Les violences de guerre à l’égard des civils, Metz.

Collins R. (2008), Violence. A Micro-sociological Theory, Princeton.

Commission des droits de l’homme (1992), War crimes in Bosnia (Helsinki, Helsinki Watch). 1993 Le livre noir de l’ex-Yougoslavie. Purification ethnique et crimes de guerre, Paris, Arlea/Nouvel Observateur.

Creveld M. van (2011), La transformation de la guerre, Paris.

Crouzet D. (2013), « Théâtres de cruauté », Sensibilité, 3, p. 24-35.

Delbo Charlotte, Auschwitz et après, I. Aucun de nous ne reviendra, Paris, 1970 ; II. Une connaissance inutile, Paris, 1970 ; III. Mesure de nos jours, Paris, 1971.

Douzou L., E. Sylvène et St. Gal (dir.) (2017), Guerre et transgression. Expériences transgressives en temps de guerre de l’Antiquité au génocide Rwandais, Grenoble, Pug.

Dumézils G. (1985), Heur et malheur du guerrier, Paris.

Dunant G. (2°16), Charlotte Delbo. La vie retrouvée, Paris

Edelman M. (2002), Mémoires du ghetto de Varsovie, Paris.

El Kenz D. (éd.) (2005), Le massacre, objets d’histoire, Paris.

Elias N. (1939), Sur le processus de civilisation, Bâle.

Estay Stange V. (2017 oct.), « Survivre à la survie. Remarques sur la post-mémoire », Revue Esprit.

Fassin D. et P. Bourdelais (éd.) (2005), Les constructions de l’intolérables. Etudes d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris.

Fried M., M. Harris et R. Murphy (éd.) (1968), War, The Anthropology of Armed Conflict and Aggression.

Garapon A. (2002), Des crimes qu’on ne peut ni punir ni pardonner. Pour une justice internationale, Paris, Odile Jacob.

Gervereau L. (2003), « La guerre n’est pas faite pour les images », Vingtième Siècle, Revue Histoire, 80, p. 83-88.

Girard R. (1972), La violence et le sacré, Paris.

Grangé N. (2003), La cité en guerre : crises, transgressions, limites : l’identité politique dans les tentatives philosophiques pour définir la guerre, de Héraclite à Carl Schmitt, Paris.

Grangé N. (2007), « L’état et la guerre. Norme, référence, transgression », Etudes internationales, n°38, p. 19-31.

Gray J.G. (1959 trad. Française 2012), Au combat. Réflexions sur les hommes à la guerre, Paris.

Grmek M., M. Djudara et N. Simac (dir.) (2002), Le nettoyage ethnique. Documents historiques sur une idéologie, Paris, Le Seuil.

Guilaine J. et J. Zammit (1998), Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique, Paris.

Gutman R. (1994), Bosnie. Témoin d’un génocide, Paris, Desclée de Brouwer.

Haas (J.), dir., 1990, The Anthropology of War, Cambridge, Univ. Press.

Hastings M., L. Nicolas et C. Passard (dir.) (2012), Paradoxes de la transgression, Paris.

Hazfeldt J. (2001), Le nu de la vie, Paris, Le Seuil.

Hirsh M. (2012), The Generations of post-Memory: writing and Visual Culture after the Holocaust, NY, Columbia.

Hirsh M. (2017 oct.), « Ce qui touche à la mémoire », Revue Esprit.

Horne J., (2003), « Populations civiles et violences de guerre », Revue internationale des sciences sociales, n° 174.

Horne J. et Dowdall A., éd. (2018), From Sarajevo to Troy: Civilians under siege, Basingstoke.

Jablonka Y. (2012), Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, Paris.

Jouannais J. (2012) L’usage des ruines. Portraits obsidionaux, Paris, Gallimard.

Keegan J. (1976), The Face of Battle, New York.

Krieg-Planque A. (2003), « Purification ethnique », une formule et son histoire, Paris, cnrs Éditions.

Lang D. (2018), Incident sur la colline 192, Paris.

Maffre Castellani F. (2005), Femmes déportées. Histoires de résiliences, Paris.

Médecins du Monde, C. Boulanger, B. Jacquemart, et P. Granjon (1994), L’enfer yougoslave. Les victimes de la guerre témoignent, Paris, Belfond.

Mosse G. (1990), De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes, Paris.

Munoz-Rojas D. et J.-J. Fresard (2004), « Origines du comportement dans la guerre : comprendre et prévenir les violations du DIH », Faits et Documents/ICRC, Genève, p. 182-183.

Nahoum-Grappe V. (1996), « Purifier le lien de filiation, les viols en ex-Yougoslavie, 1991-1995 », Esprit 227, p. 150-163.

Nahoum-Grappe V. (1997),  « L’usage politique de la cruauté : l’épuration ethnique (ex-Yougoslavie, 1991-1995) », dans F. Héritier (éd.), De la Violence, Paris, I., p. 273-325.

Nahoum-Grappe V. (1998), « Les viols systématiques en ex-Yougoslavie », dans C. Dauphin et A. Farge (éd.), Femmes et violence (Paris, Albin Michel), p. 159-185.

Nahoum-Grappe V. (2002), « Les crimes de profanation », Violences extrêmes, numéro spécial de la Revue internationale des sciences sociales, 174 (décembre), p. 601-610.

Nahoum-Grappe V. (2003), « crimes de souillures et crimes de guerre (ex.Yougoslavie 1991-1995) », Ateliers d’Anthropologie, 26, p. 143-169 ;

Politovska A. (2003), Le déshonneur russe, Paris.

Pouligny B. (2001), « La communauté internationale face aux crimes de masse : les limites d’une communauté d’humanité », Revue internationale de politique comparée, n° 8, p. 93-165.

Rieff D. (1995), Slaughter house. Bosnia and the failure of the West, New York, Simon and Schuster.

Rohde D. (1998), Le grand massacre. Srebrenica, juillet 1995, Paris, Plon.

Rwagatare P. et Brackelaire J.-L. (2015), « Génocide des Tutsis au Rwanda : quand le viol des femmes est utilisé pour annihiler l’origine même de la vie et de la pensée », Cahiers de psychologie clinique, 45, p.165-189.

Salmona M. (2008), « La mémoire traumatique », dans L’aide-mémoire en Psychotraumatologie, Paris.

Semelin J. (2005), Purifier et détruire. Usage politique des massacres et des génocides, Paris.

Semelin J. (2002), « Introduction : violences extrêmes : peut-on comprendre ? », Revue Internationale des sciences sociales, 4, n° 174, 479-81.

Semelin J. (2002), Analyser le massacre. Réflexions comparatives, Paris.

Sofski W. (1995), L’organisation de la terreur. Les camps de concentration, Paris.

Sofski W. (1998), Traité de la violence, Paris.

Spiegelman A. (2012), Maus. Un survivant raconte (1973-1991), Paris.

Turney-High H. (1971), Primitive War: its practice and Concepts, NY. Columbia.

UNESCO (1994), Rapport spécial sur les viols systématiques en ex-Yougoslavie Paris, W. Tamzali.